Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Kévorkian

Alice au pays des merveilles
Alice au pays des merveilles

Il est loin le temps où la petite Alice suivait à la lettre les facéties de son auteur Lewis Carroll. Dans le roman déjà, la petite fille avait tendance à s’émanciper, sortir du cadre et partir à la rencontre de personnages farfelus. Depuis qu’elle est l’actrice principale d’un conte musical, elle devient presque séditieuse, plus inventive et assoiffée de vie que jamais !

Le spectacle, classique et conceptuel à la fois, créé par l’artiste Florent Nagel s’impose dans le paysage musical, un peu partout dans le monde. Alice grandit, au sens propre et figuré, s’affranchit, se libère de tous les carcans, de pages et de partitions, pour s’aventurer au plus près d’un public constitué tout autant d’enfants, d’adolescents que d’adultes, de familles, de professeurs de musique et d’élèves, d’amateurs, d’interprètes et de concertistes. Elle fédère, revendique universalité et intemporalité. Nul besoin de partager un même alphabet, une approche musicale ou littéraire similaire, Alice défriche la sphère culturelle avec une aisance insolente, et réunit. Il lui a suffi de quelques concerts, d’un piano qui ne se cantonne pas à son rôle d’instrument au service du conte mais devient acteur à ses côtés, de 4 mains et quelques notes qui traduisent ses pleurs et ses joies, ses découvertes et ses déconvenues, ses peines et ses émerveillements en 41 tableaux (30 pour les programmations scolaires), 4 mains et une voix qui traduisent le rêve et la réalité. Un spectacle moderne, onirique, extravagant, tout en sons et lumières, qui dresse d’Alice le portrait d’une petite fille épanouie, curieuse de tout, avide de chacun.

« Alice au pays des merveilles », conte musical pour piano 4 mains et récitant, compte déjà 60 représentations à guichets fermés partout dans le monde, une traduction en espagnol et en anglais, une adaptation pour une formation Quatuor à cordes. Bientôt la partition sera publiée chez un éditeur de renom, mais chuuut … le suspense se cultive.

Ce samedi 18 octobre, Alice sera sur scène, dans le cadre du festival Albert Roussel d’Arnèke. En novembre, elle file à Dunkerque puis, après les vacances de Noël, fraîche et reposée, partira à la conquête de Garches, Lille, Mexico, et bien d’autres villes et pays, avant un concert très particulier commandé par le ministère des finances. « Alice au pays des merveilles », rue de Bercy : décidément elle se permet tout ! Cette petite fille n’a peur de rien ni de personne, s’avère aussi à l’aise dans les conservatoires (Rueil-Malmaison, Boulogne-Billancourt, Paris) qu’à l’occasion de festivals, dans des écoles ou des institutions, en France comme à l’étranger.

Alice a fait de la terre entière son merveilleux pays, et de ses habitants ses compagnons de rêve. Alice ne deviendrait-elle pas davantage qu’un personnage qui se décline à travers toutes les formes artistiques ? Ne représenterait-elle pas une figure symbolique, née pour prendre la parole en faveur de l’égalité, de la paix, de l’harmonie ? Accompagnée de sa cour d’animaux, autant d’allégories pour la liberté d’expression, la fraternité, la solidarité. Alice n’a probablement par fini de nous étonner, et peut-être reproduit-elle avec son compositeur Florent Nagel, ce qu’elle avait déjà imposé à son auteur Lewis Carroll : elle les mène à la baguette, pour se mettre au service d’un public qui n’est jamais tout à fait identique mais qu’elle comprend, qu’il l’attende en Arabie Saoudite ou à Belle-Île-en-Mer. C’est elle qui donne le tempo, la cadence, le phrasé. Alice, mutine loin d’être lisse, s’imposerait-elle comme un exemple à suivre ? Une belle réflexion que nous propose Florent Nagel.

Florent Nagel ne compte pas en rester là. Il fourmille de projets. Il a créé le programme : « Un compositeur dans les écoles », inventé un kit pédagogique pour 4, 6, 8, 10 mains visant à former les enfants à la pratique collective du piano; Il inalise une composition originale, « RageÔrêve » où les non-dits entre deux personnes, a priori incompatibles, s’expriment au moyen d’un seul piano : qui aura la « mainmise » des 4 en action ? L’équilibre est-il possible ?

Enfin, alors que le Musée d’Orsay et l’Institut des lettres et des Manuscrits, installé dans l’hôtel de La Salle, revisitent le Marquis de Sade à l’occasion du bicentenaire de la mort de l’écrivain, Florent Nagel travaille à une partition qui mêlerait textes du roman "Les 120 journées de Sodome" et notes au piano, écoute littéraire et musicale.

Une success story à suivre.

http://alicecontemusical.wix.com/alicecontemusical

Reportage Web TV

Reportage Delta TV

Vidéo Rueil TV

Semaine de la découverte culturelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article