Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Kévorkian

Anna Christie
Anna Christie

La famille O’Neill fascine et colle à l’actualité. En 2014, Frédéric Beigbeider écrit sur la fille, Oona, répudiée par son père Eugène, prix Nobel de littérature, pour avoir épousé Charlie Chaplin.
Charlie. Charlot.


Cette année, Jean-Claude Carrière et Jean-Louis Martinelli ressuscitent le père, Eugène O'Neill, et assurent respectivement l’adaptation et la mise en scène de la pièce « Anne Christie ».
Martinelli : déjà connu pour ses choix emprunts "du sentiment de fatalité, de l’esprit du tragique grec, d’un langage brut, d’un faux théâtre réaliste qui développe une dimension onirique" : Racine, Eustache, Ibsen, Tchekov, Céline, Pasolini. O’Neill, à présent. « Une pièce d’atmosphère », précise-t-il, « maritime, portuaire ». Une pièce emplie des névroses familiales de son auteur. Ecrite en 1922, elle se situe à New-York. Elle n’en est pas moins contemporaine, et pourrait tout à fait être transposée sur le port de Brest ou de Toulon.

Anna a 5 ans lorsque sa mère meurt. Son père, Chris, marin, l’abandonne et prend la mer comme un séminariste entre en religion. Vingt ans plus tard, le père et la fille devenue prostituée, se retrouvent dans un bar miteux de New-York. La pièce démarre. Ils vont embarquer, et naviguer avec Burke, jeune marin désœuvré qu‘ils recueillent. Burke, quintessence du romantisme, s’éprend d’Anna. La traversée va révéler les personnages, leurs fêlures et leurs âmes troubles. Anne, en particulier, va s’affirmer, femme qui cherche sa place et s’empare de son destin. « Je n’appartiens à personne … Arrêtez de décider pour moi ».
Il y a eu le film avec Greta Garbo, désormais il y a la pièce avec Mélanie Thierry. Petit bout de femme d’apparence fragile, elle s’empare de rôles âpres, et est d‘ailleurs à l‘origine du projet. La spécificité de la pièce réside dans sa "simplicité de narration", précise Jean-Louis Martinelli, qui exacerbe "la brutalité des rapports humains", grâce à une "mise en scène épurée : un bar, le brouillard et les brumes de l’alcool, une cabine de bateau". L’Océan devient peut-être le rôle principal, qui sauve ces âmes brûlées. La mer, intranquille, "impose un changement radical de l’être humain" et appelle au pardon.

La pièce a été resserrée par Jean-Claude Carrière, des monologues entiers ont été coupés. En dépit de partis pris radicaux, l’essence demeure, comme le rapport à la religion.

Il est intéressant de noter que cette pièce est proposée au théâtre de l’Atelier, au cœur de Pigalle, le quartier des prostituées, précisément là où la chapelle Sainte-Rita est installée. Rita, patronne des causes désespérées, est réputée pour son pardon, et sa préoccupation particulière des marins et des prostituées. Comme si Rita avait pris sous sa protection ces personnages à la dérive : un jeune marin résigné, fougueux et arrogant, naïf et touchant, un père embrumé par la culpabilité et ses petits arrangements avec la vérité, une fille qui méprise les hommes et se bat au prix fort pour tenir debout, seule, fière, droite. Et la mer. Et cette malédiction qu’elle inflige, responsable des psychoses.
La pièce raconte cela: l’interaction entre 3 naufragés et l’Océan : le père qui le hait, ce marin qui le vénère et la fille qui le découvre. La mer « divinité tutélaire», au cœur de ces confrontations.
« On est tous à la dérive … on n’est pas responsable … tu es ce que tu es … on ne peut rien te reprocher, comme moi … », proclame Anna, et tout est dit. « Anna Christie » est une pièce sur l’acceptation de soi, des autres, de ce que sont nos parents.

Au théâtre de l’atelier, à partir du 20 janvier. www.theatre-atelier.com
Avec le soutien de la fondation Jacques Toja pour le théâtre.
Avec Mélanie Thierry, Féodor Atkine, Stanley Weber, Charlotte Maury-Sentier.
La pièce est publiée aux éditions www.arche-editeur.com

A lire aussi : l'article de Laetitia Heurteau, sur son blog @EspritPaillette :

http://www.esprit-paillettes.com/theatre-anna-christiea-quelques-jours-de-la-premiere/

Conférence #bloggers #AnnaChristie : Mélanie Thierry, Jean-Louis Martinelli, Stanley Weber, Féodor Atkine - (c) @Th_Atelier

Conférence #bloggers #AnnaChristie : Mélanie Thierry, Jean-Louis Martinelli, Stanley Weber, Féodor Atkine - (c) @Th_Atelier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article