Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par isabelle kévorkian

Grand Prix Cinéma ELLE

Samedi 21 septembre

Deuxième journée du festival du cinéma organisé par l’hebdomadaire féminin ELLE. Quatre films en sélection : « Gabrielle » de Louise Archambault. Aimer et vivre en dépit du handicap. Un film gai et touchant, tout en respirations. En sortant, j’ai eu envie de rentrer pleurer (de larmes joyeuses), au son de Robert Charlebois, invité surprise de ce film inattendu, déjà beaucoup primé. « The Lunchbox », de l’Indien Ritesh Batra. Un film épistolaire très curieux. En inde, les épouses préparent à leur mari des lunchbox qui leur sont livrées par des Dabbawallahs à l’heure du déjeuner. Tradition séculaire. Sur un million de repas desservis par les livreurs illettrés qui se repèrent grâce à un ingénieux système de codes, une seule erreur survient. Le film raconte cette erreur qui entraîne un homme, veuf et résigné, et une femme mariée, soumise et ignorée, à s’échanger des mots et à se connaître par le biais de la lunchbox. Dans un Bombay frénétique, le temps s’arrête. Il parait que les mauvais trains conduisent à la bonne gare dans ce film. On ne lutte pas face au destin et au romantisme. « The Immigrant » de James Gray. Seul film américain en compétition entr’Elles. L’histoire (en quelque sorte, car je cherche toujours l’intrigue et l’ambition de ce film) : deux polonaises émigrent à New York Terre Promise, en 1921. A Ellis Island, l’une des sœurs est placée en quarantaine. Quelle issue pour l’une et l’autre ? Plat comme le regard inexpressif et blasé de Marion Cotillard, l’une des deux sœurs. Enfin, énorme coup de cœur pour « Casse-tête chinois » de Cédric Klapisch. Nos amis de « L’Auberge Espagnole » et des « Poupées Russes » ont quarante ans. L’heure d’un bilan, en plein XXIème siècle, à New York. Ville pour une fois filmée à raz-du-bitume, comme pour repartir de zéro.

Critiques cinéma, la panacée ? Films en avant-première, champagne, salles confortables, impressions notées pendant une projection, munies d’un stylo lumineux, d’un dossier de presse orienté, comprenant les mots clés. Que nenni… Cela ne suffit pas. Concentrez-vous une journée entière, voyagez de Bombay à Tokyo, puis New York et Paris ou Montréal, d’un siècle à un autre, autour de sujets aussi différents que le handicap ou la middle life crisis. Casse-tête chinois. Je décline Klapisch et loue la performance de l’équipe cinéma de ELLE (cf photo, Je suis aux côtés de Florence Ben Sadoun et une partie de l'équipe).

Commenter cet article