Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par isabelle kévorkian

Grand prix cinéma ELLE

Dimanche 22 septembre

Clôture du festival. Nous avons rendu notre palmarès après avoir visionné deux films, entrecoupés d’un brunch : « Suzanne » de Katell Quillévéré. Un type veuf, chauffeur routier, élève ses deux filles, Maria la cadette, et Suzanne. François Damiens, dans le rôle de ce père de famille aimant est sublime. Il dit « patins » plutôt que « rollers », il gifle ses filles quand les limites sont dépassées et personne ne s’en offusque dans la salle. C’est bon signe : il incarne le papa-repère, qui cadre. Le film retrace le destin de Suzanne, dont les cartes dès le départ sont biaisées. Le rythme est effréné. Suzanne a cinq ans, le plan suivant elle en a quinze, puis nous avons affaire à une mère célibataire écervelée. Et puis tout s’enchaîne. Ses choix sont les mauvais. Une rédemption est-elle possible ? Je n’avais pas envie de m’attacher à cet univers misérable, et je me suis laissée cueillir. Je me suis attachée malgré moi aux personnages, filmés avec bienveillance. Sans compter la bande –son : Suzanne de Léonard Cohen. Coup de cœur. Le film de clôture : « Quai d’Orsay » de Bertrand Tavernier, adapté de la DB éponyme, retrace l’ambiance au ministère des affaires étrangères en 2003. Vertigineux. On y aborde les arcanes de la politique et ses lourdeurs administratives : « éléments de langage », « argumentaires », « version martyre » d’un discours qui sera repris dix, trente fois. Molière aurait pu écrire la pièce de théâtre. Les acteurs : magistraux.

Un week-end dense, d’une richesse incomparable. Nous avons voyagé, ri, pleuré. Nous avons échangé des coordonnées. La programmation n’a jamais permis que nous ne nous perdions. A un film profond dès potron-minet, a succédé un autre plus frais en fin de journée, après quatre visionnages. Un week-end de privilégiées et à présent, tout est terminé. Voilà que je sens poindre le ciné-blues.

Ma sélection (notes sur 10)

  • « Quai d’Orsay », Bertrand Tavernier : 9
  • « Suzanne », Katell Quillévéré : 7
  • « Casse-tête Chinois », Cédric Klapisch : 8
  • « The Immigrant », James Gray : 3
  • « The Lunchbox », Ritesh Batra : 6
  • « Gabrielle », Louise Archambault : 8,5
  • « Les Garçons et Guillaume, à table ! », Guillaume Gallienne (pour sa performance de comédien) : 5
  • « Tel père, tel fils », Hirokazu Kore-Eda : 8

Commenter cet article