Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par isabelle kévorkian

Renaître au Népal 

 

Le récit d’une aventure et d’un accident qui auraient pu être dramatiques

 

Effectuer un voyage avec un « moteur avec une hélice qui tourne dans le dos et transforme notre corps en avion», paraît extravagant. Pour JeanDavid Blanc, trois jours au Népal ont ressemblé à l’éternité.

Avec un groupe d’amis, il s’offre un raid paramoteur au Népal en janvier 2011. Tandis qu’ils survolent l’Himalaya en direction de l’Annapurna, une couche de nuages opacifie le voyage, et à 3000 mètres d’altitude JeanDavid se fracasse contre une paroi verticale, dans la brume. Il en sort indemne, perché sur un arbre. « Le choc est doux », raconte-t-il. « Quand on échappe au pire, le moins pire paraît délicieux ! ». Il marche trois jours durant dans la jungle, enclavé dans la chaîne des montagnes himalayennes, sans nourriture, ni eau, ni vêtements, bravant le froid -jusqu’à moins 20 degrés la nuit. Il n’a qu’une barre de chocolat. On s’y croirait. Cette aventure devient même poétique, lorsqu’il décrit sa relation aux flammes d’un feu, ou qu’il se concentre sur ses gammes (il est fils de violoniste et musicien lui-même) pour évacuer la morsure du froid. Il est fataliste. Au cas où, « Personne n’aura besoin de savoir. Personne ne saura parce que personne ne doit souffrir ». Mais cet accident, n’est-il pas un acte manqué ? En démontant la batterie du moteur, il s’aperçoit que le niveau d’essence restant ne lui aurait pas permis de terminer son raid….

JeanDavid Blanc a le sens du récit, c’est court, précis, émouvant. Il a traversé le miroir pour devenir un homme, un héros malgré lui. D’ailleurs la ville de Pokhara organisera une cérémonie de « re-naissance » en son honneur après son sauvetage, et lui remettra les honneurs de la ville. Trois jours au Népal, pour renaître à la vie.

 

« 3 jours au Népal », JeanDavid Blanc, éditions Robert Laffont, 154 pages, 17 €

 

JeanDavid Blanc est né bercé par le violon de son père, Serge, premier violon de l’Orchestre de l’Opéra de Paris. Ceci explique peut-être un destin peu commun. A quatorze ans, élève au collège André Maurois de Neuilly-sur-Seine, il fonde sa première société de télématique. Puis il créé Allociné, révolutionnant l’utilisation des nouvelles technologies et l’usage d’Internet pour le grand public. Il devient un Business Angel, incarnant l’aventurier moderne, en quête effrénée de sensations.

Retrouvez l'aventure incroyable en cliquant sur www.3joursaunepal.com

 

 

 

Commenter cet article