Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Kévorkian

HergéHergé ou Tintin ? Telle est la question que pose cette exposition, qui démarre avant même d’entrer dans l’espace scénographié. Les murs qui conduisent à l’entrée sont remplis d’une iconographie déjà illustre et des jalons majeurs : l’atelier ; Jo, Zette et Jocko ; l’étoile mystérieuse ; la création du journal ; Tintin au Tibet ; l’avenue Moulinsart ; Tintin célèbre ses 50 ans ; Hergé décède.

Hergé n’est pas mort : il continue d’exister de-par le monde, fédérant de nouvelles générations, de 7 à 77 ans, avec fidélité. Tintin à ses côtés & compagnie. D’aucuns persistent à croire que Tintin aurait fait de l’ombre à l’artiste qui lui a donné vie ? Droit de réponse : « Tintin m’a rendu heureux. J’ai fait de mon mieux ce que j’ai fait et ça n’a pas toujours été facile. Mais je me suis beaucoup amusé. Et, comme dirait Sacha Guitry, on m’a payé pour le faire. C’est un comble non ?! ». Un comble ? pas vraiment. Ce serait plutôt la combinaison talent-travail. Hergé avait trouvé sa forme d’expression : la BD, le neuvième art, et il avait décidé d’y consacrer toute son énergie : « Etre peintre du dimanche, c’est impossible ». Il a donc dédié sa vie à ses bulles à clés, qui recèlent beaucoup de sous-entendus et de sens caché. Qualifié de « romancier de l’image », Hergé suit une méthode de travail pointilleuse. Une dramaturgie digne des polars les plus haletants, une ligne claire, des rêves et des ellipses, des gags. Le secret de sa potion. En interview, il racontait volontiers la naissance d’une bande dessinée : de l’avant-projet au suspense, jusqu'au retournement de situation. Le crayon, précis. Le croquis et le gros plan. Le choix du trait le plus net, le plus vigoureux. Le papier blanc et propre. Le souci du détail. Un langage Hitchcockien : un découpage plan par plan, comme au cinéma, une succession de plans (mouvement, général, rapproché avec profondeur de champs). Il suivait une idée de base, qu’il documentait. Puis un travail en équipe, évaluer les risques, découper, crayonner, définir chaque personnage et sa psychologie, son rôle dans l’histoire et son déroulé, le passage à l’encre puis la couleur, le titre et la couverture, la production et la diffusion. Une chaîne méticuleuse et éprouvée, un positionnement linéaire et clair. C’est de cette manière qu’est né Tintin, grâce à ce langage scénarisé, ce mouvement créé dans le dessin, ce style propre à Hergé. C’est de cette manière qu’il a créé son monde unique -œuvre personnelle et intime, et livre sa vision des choses et de la vie. L’exposition fait référence à Flaubert « La Bovary, c’est moi ». Tintin, c’était Hergé, ou l'inverse : l’un ne pouvait survivre sans l’autre.

 

TintinTintin

Tintin voyage, il est curieux. Il ne craint aucun danger. Il part même sur la lune. Aucune intrigue ne lui résiste, il déjoue les pièges. Habile. A l’instar d’Hergé il est proche de la nature et des animaux. Il éprouve tous les moyens de circulation. Globe-trotter-reporter. Parfois simplement, avec Milou, il regarde passer les trains, lorsqu’il n’escalade pas une falaise abrupte avec Haddock. Son entourage est haut en couleurs, chacun une personnalité affirmée et un regard minutieux et bienveillant sur autrui. Sa faculté d’adaptation est incomparable, jamais essoufflé ni à court d’arguments, même dans la tourmente. Avec Tintin, la justice et la vérité triomphent, les embûches constituent de formidables tremplins pour identifier les méchants et retourner les situations extrêmes.

 

Communication et création

Hergé est aussi un homme de marketing et de publicité –de « réclame », un formidable affichiste. Une stratégie de personal branding avant l’heure, qu’il met au service de  tous les continents, des soviets, du Petit Vingtième. Jusqu’en 1983, il a publié près de 30 albums, traduits en différentes langues même en arménien. Au total, le chiffre est vertigineux : 220 millions d’exemplaires. Une telle reconnaissance ne s’improvise pas : Hergé fouillait, écoutait, observait, ne prenait rien à la légère, le moindre renseignement pratique était scruté, l’épisode préparé au millimètre. Hergé était né dessinateur et inventeur d’une famille prête à tout pour sauver la planète et les iniquités. Aucun membre n’est secondaire dans le clan, chacun une place, sa place dans la société : Tournesol, Bianca Castafiore, Nestor, Rastapopoulos, Tchang, Dupon(d)t, Haddock et ses bachibouzouks en veux-tu en voilà, Milou bien sûr, cabot fanfaron au caractère provocateur, malicieux et vif : « Oui, j’en avais assez de mener une petite vie monotone. Alors, j’ai décidé d’aller chasser le lion… ». Mais Hergé ne se résume pas au clan Tintin ! Ce serait oublier un peu vite Totor, Jo, Zette et Jocko, les cœurs vaillants ou Tim l’écureuil.

 

Hergé chez les scoutsScout toujours !

La salle qui est sans doute la plus éloquente est celle qui présente Georges Remi à Bruxelles, où il naît un 22 mai. Elève appliqué et doué, il est bientôt surnommé le « renard curieux » et ce qui résume le mieux la naissance d’Hergé, c’est son rapport aux scouts. Philippe Goddin, avec la collaboration de Thierry Scaillet, avait publié, en 2012, un ouvrage qui en dit long, aux éditions belges Avant Propos : « Hergé chez les scouts ». Ce beau-livre qui demeure d’actualité, relate les aventures du renard curieux, ses premiers travaux d’illustrateur, ses premiers rendez-vous réussis avec ce public qu’il ne décevra jamais. Un ouvrage et des photos rares pour une promesse tenue : « Scout toujours ». Ce qui forgera son caractère et sa destinée, c’est l’esprit de camaraderie, la représentation d’après nature, l’ouverture sur le monde –sans jugement, l’humour. Des ingrédients simples : ils existent partout autour de nous, il suffit de les cueillir. Seuls quelques élus cependant, savent les repérer : Hergé en faisait partie.

 

Hergé au Grand Palais. Jusqu’au 15 janvier. #ExpoHergé www.grandpalais.fr

 

« Hergé chez les scouts » : les aventures de renard curieux. Philippe Goddin, avec la collaboration de Thierry Scaillet. Editions Avant-Propos. 160 pages et plus de 70 illustrations. 24,95 euros. www.avantpropos.eu