Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Kévorkian

MustangPour la première année la ville de Rueil-Malmaison accueille le « Festival du film d’aujourd’hui » qui propose « un regard sous d’autres regards ». Une semaine de films projetés dans les cinémas de la commune ou les centres culturels, certains en avant-première, d’autres accompagnés de débats d’actualité, comme le récent « Mustang » de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven.

Dans une Turquie livrée au chaos : cf ce soir le film-documentaire de Gilles Cayatte et Guillaume Perrier : « Erdogan, l’ivresse du pouvoir » sur Arte ; 

A quelques jours des deux rendez-vous annuels majeurs de la diaspora arménienne en France, dont les ancêtres vivaient sur les terres du film de Denis Gamze Ergüven, les ruines de l’Empire ottoman devenues celles de la moderne Turquie : le salon ARMEN’LIVRES à Alfortville, et la Braderie Chêne France au collège Samuel Moorat à Sèvres.

 

Mustang

C’est l’été, la fin des cours. Cinq sœurs pétillantes de vie, ados unies comme les cinq doigts de la main, reviennent de l’école, leur uniforme débrayé, leur crinière en liberté. Elles sont accompagnées de leurs camarades de classes. Tous s’amusent sur la plage, insouciants, sous le soleil. Cet épisode anodin va pourtant créer un enchaînement de drames. Elles sont élevées par leur grand-mère conservatrice et leur oncle traditionnaliste, depuis la mort de leurs parents. Une voisine bien intentionnée va rapporter les faits auprès du mas. Une voisine ou une autre, qu’importe ! L’anecdote s’est propagée à la vitesse du moteur turbo de la mythique Ford Mustang, comme un écho qui aurait résonné d’une montagne à l’autre, pour venir se poser sur le napperon de la grand-mère. Laquelle attend fermement ses petites-filles qui, dès leur retour, vont passer du rire aux larmes. Inspectées une à une par cette grand-mère qui entend vérifier leur virginité : elles ont été vues avec des garçons. C’est l’engrenage. Les grilles de l’entrée et le mur qui ceint la propriété ne sont pas assez élevés. Les fenêtres permettent de s’enfuir : elles doivent être sécurisées au moyen de barreaux. La charmante maison dans la prairie devient une véritable prison, le téléphone est caché, l’ordinateur rangé, le moindre livre susceptible de révéler un soupçon de propos subversif déchiré. Cinq jeunes filles d’aujourd’hui encellulées au motif d’être modernes, gaies et en harmonie avec leur époque, en plein été. Leur grand-mère leur coud des robes désuètes et informes, couleur de merde. Elle leur enseigne l’art culinaire ancestral. Sous cape les sœurs bravent comme elles peuvent ces interdits et cette société patriarcale, en détournent les codes, se créent un langage et une existence parallèles. Risquent-elles pire ? Oui. Bientôt, elles vont devoir, l’une après l’autre, se prêter aux rituels des mariages arrangés. Jusqu’au drap de mariage maculé de sang à présenter comme un trophée par l’homme, triomphal matador, le soir de la nuit de noces. Il n’y avait pas d’erreur sur la marchandise : l’épousée était bien vierge. C’est sans compter sur la cadette, Lale, insoumise. Elle se révolte sans limite, et ne cesse de provoquer. Finira-t-elle par conquérir une liberté supprimée sans préavis ? Parviendra-t-elle à s’affranchir ? Brisera-t-elle les chaînes de cette famille liberticide, au discours éculé ?

 

Un film juste, déroulé à folle allure comme la course effrénée d’un mustang au sang pur, ivre de vent. Un film vertueux qui rappelle que gagner son indépendance et résister à l’ordre et la morale constitue encore un combat pour les femmes. Qu’aucune autonomie n’est jamais acquise et que, pour avoir le choix, des droits, et pouvoir s'engager dans la société à égalité avec les hommes, l’éducation et la culture demeurent deux piliers incontournables.

 

Erdogan, l'ivresse du pouvoirActualité

Le film est sorti sur les écrans il y a un an. A quelques mois près, il est possible que « Mustang » n’ait jamais pu recevoir les autorisations nécessaires à son tournage et sa distribution. Le 15 juillet 2016 un coup d’état manqué en Turquie à entraîné une série de purges et d’enfermements arbitraires : 110.000 personnes limogées, 37.000 personnes emprisonnées. Enseignants, politiques, magistrats, journalistes, écrivains. L’oppression a fait place à la liberté d’expression. Un projet de loi visant l’annulation d’une condamnation pour agression sexuelle sur mineur si l’agresseur épouse sa victime vient d’être rejeté, ce 22 novembre, après une forte controverse. Si l’âge légal pour se marier a été fixé à 17 ans -16 ans dans certains cas, les mariages précoces constituent une réalité en Turquie. Comme les crimes d’honneur -4.000 auraient été commis ces dix dernières années. Comme les violences conjugales -sur 15.000 inculpations recensées, 5.700 ont fait l’objet de condamnations en dix ans. Ce matin sur twitter : « Une femme enceinte ne doit pas circuler en rue car ses formes rappellent l’acte qui l’a rendue ainsi » formulé par le parti d’Erdogan, qui il y a quelques années déjà exprimait sa vision de la place des femmes « Notre religion a défini une place dans la société, celle de la maternité ». Son vice-premier ministre quant à lui précisait : « Une femme doit conserver une droiture morale, elle ne doit pas rire en public ».

C’est cela que « Mustang » dénonce (10 prix, 17 nominations). A travers l’histoire de ces cinq sœurs dans un coin reculé de la Turquie, en 2015, Deniz Gamze Ergüven met la Turquie face à ses paradoxes, entre modernisme et conservatisme.

Le débat avec un public de scolaire et d’enseignants rueillois a été conduit par Didier Billion, Docteur en Sciences politique et certifié d’Histoire et Géographie. Il est spécialiste de la Turquie et du Moyen-Orient.

 

Festival du film d'aujourd'huiLe festival se prolonge jusqu’au 28 novembre (32 films dont 6 en avant-première) : www.mairie-rueilmalmaison.fr et www.rueilscope.fr avant une grande soirée de clôture en présence de Jean-Jacques Annaud, parrain de l’édition 2016, sur réservations : www.tam.fr


 

 

Salon ARMEN'Livres, @Alfortville_94 : 25 - 27 novembre
Salon ARMEN'Livres, @Alfortville_94 : 25 - 27 novembre

Salon ARMEN'Livres, @Alfortville_94 : 25 - 27 novembre

Braderie Chêne France, Collège Samuel Moorat, @ville_sevres : 3 et 4 décembre
Braderie Chêne France, Collège Samuel Moorat, @ville_sevres : 3 et 4 décembre

Braderie Chêne France, Collège Samuel Moorat, @ville_sevres : 3 et 4 décembre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :