Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Kévorkian

Comité Montaigne
Comité Montaigne

Jusqu’au 17 septembre, l’avenue Montaigne devient une promenade pour un objet d’exception, organisée par le Comité Montaigne. The « best shopping street in the world » selon la présidente des American Friends of Versailles, a acquis cette renommée internationale grâce aux maisons de luxe et aux marques qui se succèdent. La grandeur et la noblesse de la France sont réunis avenue Montaigne, entre le Théâtre des Champs-Elysées, qui accueillera ce week-end Benjamin Millepied et sa troupe américaine, et celui du Rond-Point.

Pour célébrer l’élégance à la Montaigne, le comité éponyme propose une invitation à la découverte : promenade nonchalante et au gré des boutiques prestigieuses qui vous feront découvrir leurs trésors. Joaillerie, prêt-à-porter et haute couture, parfums, malles et bagages, décoration d’intérieur, souliers : 31 enseignes se mettent à votre disposition le temps d’une semaine d’été indien, à Paris. Au cœur de leurs merveilles, se cache dans chacune d’entres elles, un objet d’exception, sceau du savoir-faire singulier de chaque marque.

Ma promenade

Au hasard de mes déambulations, la chaise haute de Mackay Hugh Baillie Scott ornée de marqueterie, parmi sa collection de meubles de cuir du début du XXe siècle, illustrant l’expertise de Loewe dans la peausserie. Les escarpins Jimmy Choo de la collection capsule Memento dont le joyau est cette « pantoufle de vair », Storm : talon aiguille vertigineux, cristaux Swarovski cousus à la main. Les masques Givenchy, conçus à même la peau des mannequins du défilé du 11 septembre 2015 à New-York, créés par Riccardo Tisci et Pat McGrath. Trois maquillages-bijoux représentant la faune et la flore, en cuir ; L’aristocratie, en cristaux de Swarovski, reproduisant les parures portées par les femmes de Maharadjahs ; L’artisanat Français, en dentelle de Calais. Le Lady Dior As Seen By, bien sûr, « seen by » la Coréenne Ran Hwang qui a martelé la surface du sac Dior en ABS d’une multitude de boutons, provoquant une sensation de répétition et de contemplation mêlée. Le sac le plus onirique, céleste et méditatif.

Chez Chanel, de longs et fins bras de mannequins dévoilent Signature de Chanel : la collection de haute joaillerie imaginée autour matelassé, inspiré du monde équestre. Les bagues et manchettes exposées, en or blanc, parées d’une marqueterie de nacre délicatement sculptée et serties de diamants sont admirables. Yves Salomon expose en vitrine la fauteuil Platner de Warren Platner, icône de design des années 1960. Réédité chez Knoll, il est revisité et vêtu de vison rasé en damier. Pour les amateurs de fourrure.

Zadig & Voltaire tranche, avec une pièce d’art contemporain de Sterling Ruby : Double Vampire, une sculpture molle en tissu rembourré représentant une bouche de vampire. Associée à la bannière étoilée, cette œuvre symbolise une Amérique dominante et déclinante.

Dernier arrêt, rive droite Montaigne : chez Loro Piana, qui en profitait pour célébrer l’ouverture de sa boutique. La marque italienne est réputée pour ses matières rares et ses pièces réalisées à la main. Son cachemire d’Ulaan Baatar est particulièrement estimé. Soucieuse du développement durable et de l’environnement, Loro Piano a mis au point un mode d’élevage sélectif de chèvres, et a créé le "Loro Piana Cashmere of the Year Award" récompensant la laine de cachemire la plus fine. Les fibres de la récolte du peignage de 2015 ont été réunis en flocons, dans une balle qui a remporté la récompense. Cette balle a une histoire, racontée du rez-de-chaussée jusqu’au sommet, le 3ème étage confidentiel. Elle retrace son parcours singulier de 13.700 km, d’Est en Ouest, à l’occasion du 6ème rallye Pékin-Paris, en passant par la Mongolie (collection blanche), puis traversant les plaines et les steppes de Russie (collection jaune), les monts et les lacs de Suisse (collection verte), jusqu’à l’avenue citadine Montaigne. Du 12 juin au 17 juillet, la pelote de ce cachemire le plus aérien, plus souple et fin qu’un nuage, de 13,9 microns, a traversé Ulaan Baatar, Yekaterinburg, Sankt Moritz et 8 autres étapes à travers 11 Etats reliant deux continents, l’Orient et l’Occident, à bord d’une Giulia Alfa Romeo de 1971 exposée dans la contre-allée. De cette pelote exceptionnelle, une collection de modèles uniques est née : Pechino-Parigi qui rappelle l’aventure des deux pilotes dans cette voiture sportive de collection, emblématique d'une Italie étincelante !

www.avenuemontaigneguide.com à retrouver sur facebook.com/comitemontaigne et @ComiteMontaigne : #ObjetMontaigne #ComitéMontaigne

La pelote de cachemire d'Ulaan Baatar à l'arrivée du rallye Pékin-Paris chez Loro Piana

La pelote de cachemire d'Ulaan Baatar à l'arrivée du rallye Pékin-Paris chez Loro Piana