Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Kévorkian

Médi Cannabis
Médi Cannabis

Comment j’ai surmonté mon cancer grâce au cannabis

http://isabelle.kevorkian.over-blog.com

Il n’est pas question dans cet ouvrage singulier de faire l’apologie du cannabis, qui demeure une drogue. Il n’est pas question non plus, pour Marie Borrel, de débattre ou d'émettre un avis, sur la dépénalisation du cannabis, ou sa légalisation, ni d’attiser une quelconque polémique. Le sujet est tout autre : médical, et Marie Borrel entend expliquer, de manière pédagogique et par l’exemple, les vertus thérapeutiques de cette substance.

Le cannabis contient différentes molécules (cannabinoïdes, connue depuis 1940), chacune produisant un effet sur le cerveau et le corps. Les substances les plus connues (CBD, CBG, THC –fameux psychotrope, CBC, CBN) ont révélé agir de manière éloquente sur certaines pathologies, notamment le glaucome, le diabète, l’asthme, la sclérose en plaque ou le cancer. Le cannabis ne guérit pas. En revanche il peut atténuer les douleurs et effets secondaires des médicaments, des soins et traitements associés à ces maladies, et par extension produire un effet salvateur sur l’humeur et le moral des patients. Or, il est avéré que l’un des facteurs de guérison réside dans la manière dont la personne atteinte saura trouver les ressources pour ne pas faillir, la détermination pour se projeter, la volonté de se battre et cultiver cette envie de vivre.

En l’occurrence Marie Borrel apprend qu’elle est atteinte d’un lymphome (maladie de Hodgkin). La chimiothérapie est prescrite pour traiter ce cancer des ganglions lymphatiques, dont la guérison concerne plus de 80% des cas. Le protocole qui lui sera administré ne lui épargnera rien : ni la chute de cheveux, ni les nausées et vomissements, ni les irritations, l’hypersensibilité, la fatigue, les insomnies, les céphalées, la perte d’appétit… Bien d’autres troubles sont identifiés, qui peuvent –ou pas, selon les personnes, se manifester. Vite à bout de forces, elle raconte : « Je me suis livrée pendant plusieurs mois à une activité illicite, passible aux termes de la loi d’une lourde amende et même d’une peine de prison ferme. Je l’avoue : j’ai consommé du cannabis ». Un joint, deux, jusqu’à trouver le juste dosage, et force est de constater que les effets néfastes et dévastateurs du traitement s’atténuent et s’espacent. Elle l’évoque à ses médecins, qui l’encouragent à poursuivre : « Si cela vous fait du bien allez-y, il n’y a pas de contre-indication ». Et Marie Borrel de se renseigner sur le cannabis. C’est cela que cette femme, écrivain et journaliste, propose : l’enquête qu’elle a menée pour comprendre ce que contient cette plante, et quels arguments sont avancés par les législateurs pour refuser d’en considérer les bienfaits thérapeutiques.

Elle affirme avoir surmonté son cancer grâce au cannabis, pour autant elle invite à la prudence quant à sa consommation (mélangé à du tabac, ce qui revient à fumer et implique d’ingérer aussi du tabac, nocif, ou dans un gâteau, une boisson), et décrit avec soin les modes d’administration, les effets reconnus, s’appuyant sur des documentaires, des études et dresse un panorama des pays et de leur approche sur cette épineuse question. Son témoignage est éloquent, et s’il n’occulte aucun aspect du cannabis, depuis ses origines, ou sa culture, il évite résolument toute discussion quant à son usage récréatif.

Chacun se fera sa propre opinion, à partir de ces éléments factuels et étayés.

En France, depuis 2013, la commercialisation de médicaments à base d’extraits de cannabis est autorisée, quoique très encadrée, et les débats en Europe se succèdent. Le cannabis est une plante médicinale millénaire, qui influe aussi sur le mental, et à l’instar de Voltaire, que Marie Borrel cite « J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé ». Le sujet demeure ouvert.

Marie Borrel "Médi Cannabis" Comment j'ai surmonté mon cancer grâce au cannabis

Aux Editions Guy Trédaniel , www.editions.tredaniel.com, 16 euros, 138 pages.