Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Kévorkian

http://isabelle.kevorkian.over-blog.com
http://isabelle.kevorkian.over-blog.com

De Toulon à Brest, la Matmut confirme son assurance tous risques auprès de plumes prometteuses, que le milieu littéraire germanopratin néglige, et semble affirmer son positionnement autour de la découverte. De talents, sous le label #LesNouveauxRomanciers, bien éloignés des cercles qui composent l’entresoi de la littérature parisienne. De destinations, riches et méconnues. Et apparemment, leur aventure démarre toujours d’un port militaire, et d’une ville au caractère bien trempé : interlope, composée de pompons rouges.

En #2014, la toulonnaise Laure Gerbaud nous entraînait sur le continent africain pour vivre une histoire d’amour languide, comme des « Racines Mêlées ». Cette année, deux brestois : Thierry Conq et Ronan Robert, ont accordé leur imagination et leur style pendant deux ans, pour nous embarquer, aux côtés de la jeune Awen Le Du, quinze ans, à la recherche de son frère jusqu’en Haïti et Saint-Domingue, en passant par Cythère, sur « L’Abeille Noire ». Pour réaliser son projet, elle va devoir se travestir, prendre l’apparence de ce sémillant et déterminé jeune homme : Ildut Le Du. Si téméraire et hardi, que ce héros va finir par diriger la goélette. Nous sommes en 1755. Le bateau quitte Brest et Recouvrance, franchit le Tas de Pois, laisse la Pointe du Van s’effacer, là où Sainte Rita, depuis sa petite chapelle du bout-du-monde veille sur la destinée des marins, longe l’anse paradisiaque du Trez-Hir puis Bertheaume –ce fort construit par Vauban, qui assure une visibilité sur le goulet de Brest et l’assaillant, dépasse le phare et les ruines de la légendaire abbaye de la Pointe Saint-Mathieu (qui aurait été fondée par Tanguy, et déjà il s’agit d’une méprise entre frère et sœur), emprunte les courants froids de la mer d’Iroise remplie d’épaves, et vogue. Cap vers l’Angleterre pour commencer. La traversée va réserver bien des surprises, des trahisons, des révélations, des amitiés, des coups bas, des déceptions, des rebondissements, et l’Ankou, cet ouvrier de la mort, tentera bien de se faufiler. En vain. Chaque chapitre constitue une petite histoire, comme autant de mises en abyme, et c’est de circonstance en mer. Jusqu’à ce point culminant, où Awen va affronter ce frère idéalisé. « Nous avons tous fait des vœux, Awen : le pire est parfois qu’ils se réalisent ! ». Ne dévoilons pas davantage l’intrigue, digne des romanciers mercenaires.

Les auteurs font référence à Stevenson, Conrad ou Dumas parmi leurs figures tutélaires. Ils comparent leur écriture en duo à un chant breton ou à une formation de jazz, et précisent qu’ils « parlent le texte avant de l’écrire », pour en saisir le rythme, renvoyant ainsi à Flaubert. Ils ne boudent pas leur plaisir d’avoir enfin été remarqués et soutenus, après deux années de travail et de recherches, qui leur ont permis d'écrire « la modernité du 18ème siècle ». Ils évoquent « le plaisir retrouvé, originel de la lecture suivie, d’un style classique ». Leur langue de cette époque, fidèle, alterne des échanges en bretons ou en créole, et parfois l’on s’étonne de la similitude de ces idiomes particuliers. Jusqu’à se dire que les identités, d’un continent à l’autre, ne sont pas si éloignées, que les couleurs de peau ne différencient pas les hommes, et que déjà en ces temps-là, la femme devait se révéler flibustière pour conquérir sa place. Awen, première féministe, décrite savamment par deux hommes ?

Le jury, composé de personnalités artistiques et des médias, mais aussi de collaborateurs de la Matmut, présidé par l’éternel et fringant Philippe Labro, a été séduit à l’unanimité dès la première réunion, sans ambages. Philippe Labro a souligné, lors de la remise des prix dans les salons parisiens de la société d’assurance, le côté romanesque de « L’Abeille Noire », inspiré « d’une école de la littérature française, qui donne la primauté au récit et aux personnages ». L’écrivain-journaliste-cinéaste a aussi précisé l’importance du remarquable glossaire, à la fois maritime et linguistique, comme outil de compréhension de cet exotisme réjouissant. « Une vraie découverte, et une originalité, qui se démarquent dans ce monde de l’entresoi feutré de la rive gauche de la littérature parisienne ». Catherine David, qui a préfacé l’ouvrage, parle, quant à elle de « couleur bleue de l’audace ».

Quant au président du groupe Matmut, Daniel Havis, qui s’est montré stupéfait des 600 manuscrits reçus cette année, contre 300 l’an passé, il a tenu à souligner ce voyage formidable que les lauréats lui ont permis de vivre, et ses escales ; Cette « jolie part de rêve et d’espoir » que les co-équipiers de « L’Abeille Noire » ont rendue fluide, et « le fil tendu de la narration, très éloignée de toute monotonie, et propice à s’embarquer pour cette odyssée ». Il a conclut avec cette formule : « ce roman est une authentique rencontre, le mariage du cœur et de la lettre, pour revisiter le monde ».

Si vous aussi vous rêvez d’aventures ? N’hésitez pas, prenez place sur « L’Abeille Noire, ou les aventures d’une jeune Armoricaine à Saint-Domingue », aux éditions Carpentier, label Les Nouveaux Romanciers. Il vous en coûtera 19,90 euros et un tour du globe en 1755.

Ronan Robert et Thierry Conq, auteurs de "L'Abeille Noire" aux éditions Carpentier

Ronan Robert et Thierry Conq, auteurs de "L'Abeille Noire" aux éditions Carpentier

Cérémonie de Remise du Prix littéraire #Matmut 2015 aux éditions Carpentier #LesNouveauxRomanciers
Cérémonie de Remise du Prix littéraire #Matmut 2015 aux éditions Carpentier #LesNouveauxRomanciers
Cérémonie de Remise du Prix littéraire #Matmut 2015 aux éditions Carpentier #LesNouveauxRomanciers
Cérémonie de Remise du Prix littéraire #Matmut 2015 aux éditions Carpentier #LesNouveauxRomanciers
Cérémonie de Remise du Prix littéraire #Matmut 2015 aux éditions Carpentier #LesNouveauxRomanciers
Cérémonie de Remise du Prix littéraire #Matmut 2015 aux éditions Carpentier #LesNouveauxRomanciers
Cérémonie de Remise du Prix littéraire #Matmut 2015 aux éditions Carpentier #LesNouveauxRomanciers
Cérémonie de Remise du Prix littéraire #Matmut 2015 aux éditions Carpentier #LesNouveauxRomanciers
Cérémonie de Remise du Prix littéraire #Matmut 2015 aux éditions Carpentier #LesNouveauxRomanciers
Cérémonie de Remise du Prix littéraire #Matmut 2015 aux éditions Carpentier #LesNouveauxRomanciers

Cérémonie de Remise du Prix littéraire #Matmut 2015 aux éditions Carpentier #LesNouveauxRomanciers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :