Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Kévorkian

Opéra Comique
Opéra Comique

Samedi 27 juin, l’Opéra Comique organisait un événement particulier, léger comme la bulle, pétillant et émouvant comme le champagne. Un concert de clôture de l’Etablissement public qui ferme pour deux ans de travaux d’aération et d’accueil du public, et le passage de relais de son directeur actuel en fin de mandat, Jérôme Deschamps, truculent Deschiens, à Olivier Mantei.

Une soirée riche en événements, sous la baguette exaltée du jeune chef Jérémie Rhorer et son Cercle de l’Harmonie créé en 2005. A ses côtés, en symbiose, la soprano arménienne Melody Louledjian qui m’a confiée avoir été particulièrement émue cette année, puisque le 24 avril, jour de commémoration du génocide des Arméniens, elle interprétait la première de Ciboulette, cette séduisante et rafraîchissante maraîchère sans scrupule, qui part à la rencontre de sa destinée éblouissante. Le ténor facétieux Nicky Spence, qui a fait résonner Lakmé avec malice ! Car au programme de ce concert, il était question de revisiter l’art lyrique à la française, autour de Bizet, Delibes, Chabrier, Messager, Berlioz, Hérold, et des personnages illustres et hauts en couleurs, qui traduisent la société et sa vérité, avec panache : Zampa, sa peur des Turcs et du mauvais sort. Une résonance particulière en écho à l’actualité de ces derniers jours, et en cette année de centenaire du premier génocide de l’humanité au 20è siècle, toujours nié par la Turquie. Le drame oui bien sûr, mais ce que l’on retient de cette soirée, c’est davantage la poésie, le charme, la fantaisie et l’élan des héroïnes et des arguments parlés, chantés, mis en musique. « Jugez plutôt toute l’histoire … je la cherche … je la trouve … en 4 mots … J’ai dansé toute la nuit devant son portrait … C’est toi qui viens à moi … Belle nuit, nuit d’amour… ».

C’était donc cela : une charmante nuit de cet amour, qui sourit à nos ivresses.

Roselyne Bachelot, marraine du tricentenaire de l’Opéra Comique était présente, toujours souriante, ainsi que la présidente de l’une des trois plus anciennes institutions théâtrales françaises, Maryvonne de Saint Pulgent, et Charles-Henri Filippi en charge du mécénat. Des personnalités de cette sphère d'opérette qui fait revivre la Belle époque, comme Laurence Equilbey ou, bien sûr, Brigitte Lefèvre, qui a tant modernisé l'Opéra Garnier.

Jérôme Deschamps, salué pour la conquête et la fidélisation d’un nouveau public et d’une audace de programmation, a reçu un chien en bronze du 19ème siècle chiné, symbole de la naissance d’un genre : l’opéra comique, enlevé, joyeux, qui s’arrange des paradoxes, qui célèbre divas et bergères, qui n’hésite pas à laisser de petits chats apparaître, comme dans une peinture de Bonnard. Jérome Deschamps précise « C’est l’Olympe, le Panthéon, le Walhala, l’Arcadie, le Gotha réunis ». Une phrase qui m'en rappelle une autre ... autour de la célébration d'une icône d'un autre genre, pas moins brillant.

Le public de proximité, partie-prenante de l’aventure, n’a pas résisté à l’appel de la chanson : tous en chœur ont repris les paroles de « La Barcarolle », des contes d’Hoffmann d’Offenbach : « Versez-nous vos baisers ! ».

Les élèves de l’école Hourdé avaient exposé leurs maquettes, revisitant Carmen de Bizet, et l’Académie de jeunes chanteurs a improvisé un tour de chant autour du piano. Le foyer des artistes portera désormais le nom de foyer Jérôme Deschamps… un bel hommage, durable.

Pour prolonger, en attendant la réouverture en janvier 2017, aujourd’hui le Petit Palais vous accueille pour la dernière journée consacrée aux drames à l’opéra comique : "De Carmen à Mélisande". Depuis les débuts forains parisiens, à la fin du règne de Louis XIV jusqu’à nos jours. L’inventivité, l’émotion et le sentiment, le pittoresque, gage de patriotisme, les figures emblématiques, les affiches, les intrigues, le réalisme, la bohème, les interprétations, les costumes, et résolument l’amour. Eperdument.

L’art du costume, est quant à lui exposé au Centre National du Costume de Scène à Moulins, agencé par Macha Makeieff, complice Deschiens, autour de deux axes la vérité et le caractère, traduisant l’évolution de la société française.

#galaOC @Opera_Comique
#galaOC @Opera_Comique
#galaOC @Opera_Comique
#galaOC @Opera_Comique
#galaOC @Opera_Comique
#galaOC @Opera_Comique
#galaOC @Opera_Comique
#galaOC @Opera_Comique
#galaOC @Opera_Comique
#galaOC @Opera_Comique
#galaOC @Opera_Comique
#galaOC @Opera_Comique
#galaOC @Opera_Comique

#galaOC @Opera_Comique

L'école Hourdé revisite Carmen de Bizet @ESAT_Ecole
L'école Hourdé revisite Carmen de Bizet @ESAT_Ecole
L'école Hourdé revisite Carmen de Bizet @ESAT_Ecole
L'école Hourdé revisite Carmen de Bizet @ESAT_Ecole
L'école Hourdé revisite Carmen de Bizet @ESAT_Ecole
L'école Hourdé revisite Carmen de Bizet @ESAT_Ecole
L'école Hourdé revisite Carmen de Bizet @ESAT_Ecole

L'école Hourdé revisite Carmen de Bizet @ESAT_Ecole

Expositions complémentaires @CNCSmoulins @PetitPalais_
Expositions complémentaires @CNCSmoulins @PetitPalais_
Expositions complémentaires @CNCSmoulins @PetitPalais_
Expositions complémentaires @CNCSmoulins @PetitPalais_
Expositions complémentaires @CNCSmoulins @PetitPalais_
Expositions complémentaires @CNCSmoulins @PetitPalais_
Expositions complémentaires @CNCSmoulins @PetitPalais_
Expositions complémentaires @CNCSmoulins @PetitPalais_
Expositions complémentaires @CNCSmoulins @PetitPalais_

Expositions complémentaires @CNCSmoulins @PetitPalais_

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article