Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Kévorkian

Manuscrits Irakiens
Manuscrits Irakiens

Grandes Heures des manuscrits irakiens (XIIIè – XIXè s.) –Part.1

Alors que la ville de Palmyre est tombée aux mains de l’Etat Islamique, et que les Chrétiens d’Orient sont chaque jour menacés davantage, le travail des frères Dominicains prend une résonance particulière. Dans le cadre des commémorations 2015, il n’était pas possible de passer sous silence le huitième centenaire de l’Ordre dominicain, les missions et l’implantation des frères prêcheurs dans la plaine de Mésopotamie, berceau de l’écriture, des civilisations et de la chrétienté.

L’exposition propose de revisiter l’histoire des frères Dominicains français qui ont succédé aux Italiens à Mossoul, dès le Second Empire. Ils créent des hôpitaux et des écoles, des hospices et dispensaires, développent l’imprimerie, effectuent des fouilles archéologiques, constituent un patrimoine. Tout cela est reconstitué, au moyen de documents d’époques, de photographies, du Kurdistan jusqu’à Van pendant les programmes génocidaires de 1915.

L’exposition est scindée en quatre espaces, commentés par le père Najeeb Michaeel lors du vernissage :

  • les Dominicains voyageurs et archéologues,
  • la bibliothèque dominicaine de Mossoul,
  • du Toulousain à la Mésopotamie, 7 siècles de missions,
  • à la recherche des manuscrits orientaux, avec la Bibliothèque royale sous Louis XIV, celle du couvent des Jacobins, qui comporte de véritables chefs d’œuvres d’enluminures et de reliures.

Les Dominicains collectent des manuscrits irakiens, patrimoine humanitaire, culturel et historique. Ils louent, à ce sujet, les pilleurs du 19è siècle car en dérobant ces manuscrits, les voleurs les ont protégés. S’appuyant sur les nouvelles technologies et les avancées scientifiques, ils commencent un minutieux travail de numérisation des manuscrits issus des mondes musulman et chrétien, une manière de donner une nouvelle existence à cette richesse. Grammaires, poésies arabes, Diwan, textes médicaux, littéraires, liturgiques, musicaux, linguistiques, une version du nouveau testament, savante, sur parchemin comportant le nom du copiste, l’écriture syriaque en 22 lettres, un Coran en arabe… Autant de pièces profanes et religieuses, qui attestent de la valeur de la langue syriaque ou araméenne, et des écritures syriaque, garshuni, soureth.

Parmi les raretés : le livre de la Perle, le Livre des Merveilles (1400), la bulle du pape Honorius III, premier document qui donne le nom en janvier 1217 de prédicateurs aux dominicains dans la région toulousaine. Jusqu’en février 1217, différentes bulles permettront de fonder la communauté, en particulier le premier couvent Saint-Jacques. L’on découvre cette plaque de parement de Saint Thomas, qui serait à l’origine du pays des Parthes, ou cette cruche magique, comportant des malédictions gravées en araméen, contre les chrétiens.

Et puis, ces sept fac-similés, textes bibliques et liturgiques en langue originelle, imprimés avec le concours des Editions du Net. Miracle de la technologie. Pièces inestimables. Le père Najeeb Michaeel retrace leur histoire et revient sur cette « opération sauvetage », du Karabagh vers le Kurdistan dans la nuit du 6 au 7 août 2015, réalisée avec Nada et Watheq Qassab, qui travaillent au centre d’Erbil. Ils se trouvent dans un camion avec ces documents précieux, sauvés. En route, ils recueillent enfants, vieillards et femmes sur les routes de l’exil. Parvenus au check-point du Kurdistan, ils font face aux tirs de Daesch. Là, sans réfléchir, dans un acte héroïque, chacun va récupérer ces trésors protégés dans le camion et courir les déposer par-delà la frontière, au Kurdistan, pays d’accueil et de paix. Au prix de leur vie. Le prêtre Najeeb Michaeel de l'Ordre des dominicains précise qu’il s’agit d’un devoir : « sauver avant de détruire », « créer des forces résistantes sur place pour repousser les forces destructrices », « sauver les peaux vivantes comme les peaux mortes, car on naît ensemble, on vit ensemble », « protéger ces gens qui ont écrit des pages de l’histoire de l’humanité, qui ont donné plusieurs années de leur vie à ces écritures », « ne pas garder dans l’oubli ce que vivent nos frères d’Irak ».

www.archives-nationales.culture.gouv.fr

www.leseditionsdunet.com

Ordre des Prêcheurs

Oeuvre d'Orient

Les Dominicains

800 ans Dominicains

Vernissage aux Archives nationales, en compagnie du père Najeeb Michaeel, de son équipe et des partenaires de l'exposition
Vernissage aux Archives nationales, en compagnie du père Najeeb Michaeel, de son équipe et des partenaires de l'exposition
Vernissage aux Archives nationales, en compagnie du père Najeeb Michaeel, de son équipe et des partenaires de l'exposition
Vernissage aux Archives nationales, en compagnie du père Najeeb Michaeel, de son équipe et des partenaires de l'exposition
Vernissage aux Archives nationales, en compagnie du père Najeeb Michaeel, de son équipe et des partenaires de l'exposition
Vernissage aux Archives nationales, en compagnie du père Najeeb Michaeel, de son équipe et des partenaires de l'exposition
Vernissage aux Archives nationales, en compagnie du père Najeeb Michaeel, de son équipe et des partenaires de l'exposition
Vernissage aux Archives nationales, en compagnie du père Najeeb Michaeel, de son équipe et des partenaires de l'exposition
Vernissage aux Archives nationales, en compagnie du père Najeeb Michaeel, de son équipe et des partenaires de l'exposition
Vernissage aux Archives nationales, en compagnie du père Najeeb Michaeel, de son équipe et des partenaires de l'exposition
Vernissage aux Archives nationales, en compagnie du père Najeeb Michaeel, de son équipe et des partenaires de l'exposition
Vernissage aux Archives nationales, en compagnie du père Najeeb Michaeel, de son équipe et des partenaires de l'exposition

Vernissage aux Archives nationales, en compagnie du père Najeeb Michaeel, de son équipe et des partenaires de l'exposition

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article