Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Kévorkian

"Lettres d'Erevan", carré solidaire Hermès pour SPFA

"Lettres d'Erevan", carré solidaire Hermès pour SPFA

L’Association Solidarité Protestante France-Arménie réitère sa collaboration avec la prestigieuse maison Hermès. Dix ans après « Jardins d’Arménie »,  le dessinateur Karen Petrossian a relevé  le défi du président de l’association, Janik Manissian, et du directeur artistique de la maison Hermès, Pierre-Alexis Dumas, en  souvenir de son père Jean-Louis Dumas, alors président d’Hermès, qui avait patronné  le projet « Jardins d’Arménie », avec le pasteur Samuel Sahagian, fondateur de SPFA.

SPFA célèbre ses 25 ans en cette année 2015, qui coïncide avec le centenaire du génocide des Arméniens. Le trio se reforme pour créer un carré en twill de soie aux motifs de l’alphabet arménien, dont la paternité revient au moine Mesrop  Machtots. Composé de 38 lettres majuscules et minuscules, la légende dit que son créateur, aurait reçu un message céleste, gravant les lettres sur de la pierre.

Hermès et  SPFA célèbrent l’écrit, poursuivant une action humanitaire et solidaire. Deux modèles originaux ont été réalisés, l’un en blanc, l’autre sur fond rouge, selon un graphisme libre exprimant le raffinement de ces lettres singulières et élégantes, qui donnent son nom au foulard : « Lettres d’Erevan ». Chaque pièce qui orne le carré semble illuminée, abstraite et poétique. L’association a mené une campagne de souscription en octobre et novembre 2014, qui a permis de financer la création de ces modèles uniques, expressions de liberté et d’envol, ce que permet l’écriture. Le relais dans les médias et sur les réseaux sociaux a dépassé les frontières de la France : la moitié des donateurs habitent les Etats-Unis, l’Europe ou l’Argentine. Les foulards ont été livrés en avril, à quelques jours des célébrations des événements #Arménie1915, reconnu par le pape François, le Parlement européen, et le président allemand, notamment.

Les bénéfices de la souscription seront versés à  l’association, constituée de bénévoles en France et de salariés en Arménie, afin de prolonger le financement de projets. Depuis 25 ans, SPFA a d’abord assuré des interventions d’urgence comme le chauffage des écoles, pendant la durée du blocus, dans les années 1990, ou l’assainissement des réseaux d’eau dans les hôpitaux de Gumri, la ville touchée par le séisme de décembre 1988. L’association assure aussi des actions pérennes, destinées aux enfants à travers la lecture (« Joie de lire », une opération déclinée de France en Arménie), dans les orphelinats et les écoles,  grâce à des livres illustrés. A travers l'animation de clubs francophones, qui favorisent la pratique de la langue française, le visionnage de films, l’accès à la musique et à Internet. En développant le parrainage d’enfants. En apportant une aide spécifique au Haut Karagbagh, qui ne bénéficie pas de l’aide internationale, et où sont menés des chantiers d’adduction d’eau dans les villages. En organisant chaque été en Arménie une colonie de vacances, ou encore à l'origine d'un « restaurant solidaire » à l’image des « Restos du cœur », à Gümri, où 200 personnes dans la précarité accèdent à un repas chaud chaque  jour.  L’un des projets qui mobilise l’association aujourd’hui relève de la formation pour permettre aux jeunes de s’installer dans leur pays et d’en devenir les acteurs de son développement, après leurs études.

Enfin, la spécificité de SPFA est de proposer des voyages en Arménie, qui permettent de découvrir le pays, son histoire et de constater sur place les besoins et l’usage des fonds recueillis. La plupart des membres de l’association n’ont pas de lien familial avec les Arméniens, et beaucoup ne sont pas protestants.  En revanche, les quelque 3 000 adhérents sont soucieux de l’éducation, de l’alphabétisation, et ont en commun une générosité discrète. Beaucoup ont connu l’association par le bouche-à-oreille. Parfois un drame personnel  conduit à mettre une partie de son argent au service de chantiers d’intérêt public. D’autres motivations ont convaincu des personnes de la sphère publique ou privée de s’intéresser à SPFA. Pour autant l’ambition de l’association est de demeurer neutre dans les choix de projets qu’elle finance et de ne pas tendre vers une dérive ou une récupération politique.

En l’occurrence, ce carré de twill Hermès se veut un modèle unique, dédié aux souscripteurs et vecteur de transmission. Sa valeur est universelle. Il n’est pas impossible que la maison Hermès décide de reproduire le motif sur des châles en cachemire et soie, ou sur des foulards. Néanmoins l’alphabet arménien se mérite. Il symbolise une civilisation, une langue parmi les plus anciennes, et une ferveur ardente. D’ailleurs, toujours selon la légende…, les premiers mots formés grâce à l’alphabet arménien signifient « faire connaître la sagesse, donner l’éducation et l’intelligence des sentences pleines de sens » (Verset 2 des Proverbes). Son apprentissage nécessite une pratique régulière et minutieuse, comme le travail réalisé par Karen Petrossiandont le frère Armen dirige le groupe Petrossian célèbre pour son caviar et ses restaurants. Une même lettre avec ou sans cédille, avec un accent grave aigu ou circonflexe, peut révéler deux significations opposées, et altérer le sens d’une phrase. Un alphabet digne d’un peuple de sachants et d’artisans au savoir-faire unique, dans l’art du tissage de tapis ou de la céramique notamment. Lorsque l’on sait que la majorité des fonds de SPFA sont dédiés à des orphelins, et que le premier mot que l’on apprend à former après avoir appris les lettres de cet alphabet, est maman, l’on remercie cette alliance entre l’association SPFA et Hermès. Il n’est pas plus honorable et généreuse lutte que celle qui permet d’écrire, de célébrer la mère, et par extension la famille.

Pour soutenir l’association et s’informer : www.spfa-armenie.org

Réception des carrés Hermès "Lettres d'Erevan", et bénédiction de l'un des foulards à l'Eglise Apostolique Arménienne, rue Jean Goujon
Réception des carrés Hermès "Lettres d'Erevan", et bénédiction de l'un des foulards à l'Eglise Apostolique Arménienne, rue Jean Goujon
Réception des carrés Hermès "Lettres d'Erevan", et bénédiction de l'un des foulards à l'Eglise Apostolique Arménienne, rue Jean Goujon
Réception des carrés Hermès "Lettres d'Erevan", et bénédiction de l'un des foulards à l'Eglise Apostolique Arménienne, rue Jean Goujon
Réception des carrés Hermès "Lettres d'Erevan", et bénédiction de l'un des foulards à l'Eglise Apostolique Arménienne, rue Jean Goujon
Réception des carrés Hermès "Lettres d'Erevan", et bénédiction de l'un des foulards à l'Eglise Apostolique Arménienne, rue Jean Goujon
Réception des carrés Hermès "Lettres d'Erevan", et bénédiction de l'un des foulards à l'Eglise Apostolique Arménienne, rue Jean Goujon
Réception des carrés Hermès "Lettres d'Erevan", et bénédiction de l'un des foulards à l'Eglise Apostolique Arménienne, rue Jean Goujon

Réception des carrés Hermès "Lettres d'Erevan", et bénédiction de l'un des foulards à l'Eglise Apostolique Arménienne, rue Jean Goujon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ani ucari 03/05/2015 07:17

Je les trouve très jolies . Comment je dois faire pour pouvoir acherter? Je vous remercie d'avance