Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Kévorkian

un_illustre_inconnu
un_illustre_inconnu

Drame (1h58), avec Mathieu Kassovitz, Marie-Josée Croze

Lorsque l’on sort des ténèbres de la salle, que l’on marche, que l’on fait le vide et que l’on réfléchit au film, son déroulé, sa mise en scène, pas une séquence ne nous revient sans que l’on n’émette cette réflexion, pour soi-même : ce n’est pas possible. CE N’EST PAS POSSIBLE !!! Là, à ce moment précis, des retrouvailles, cela ne peut pas être envisageable. Et encore, là, dans cette scène, au « 36 », impossible ! Ou encore, dans cette cuisine, avec ce hachoir, non, vraiment, cela n’est pas plausible.

Pourtant l’on y croit. A tout. On marche, on fonce, on tremble, on tressaille, on meurt de peur, tout uniment happés par la performance de Mathieu Kassowitz, acteur grandiose, et par la subtilité du scénario, qui ne cesse de nous égarer. L’on croit avoir compris d’emblée la fin : erreur monstrueuse. L’on croit que le fils va retrouver un père, le père aimer son fils, la mère pardonner. L’on croit pénétrer les pensées de cet illustre inconnu : qui est-il, mérite-t-il la vie ou la mort ? D’être aimé ou haï ? Compris ou ignoré ? L’on croit beaucoup de choses, décidément, et l’on se fait balader dès la première seconde, jusqu’à la fin, sans répit. Tout est vrai, rien n’est juste, tout est honnête, rien n’est audible. Qu’est-ce que l’ordre et la morale ? Pourtant nous entendons, nous comprenons. Cet illustre inconnu, c’est vous, c’est moi, c’est nous, c’est Sébastien, c’est Nicolas, c’est Sébastien Nicolas, n’importe qui et tout le monde. Empêtré dans une vie qui n’est pas la sienne. Est-ce une raison pour s’en contenter ? S’il nous est donné une chance de mériter mieux, ne pas la saisir serait suicidaire. Qu’importe la vraisemblance, pourvu que l’on vive, libre, et paradoxalement sans rien à se reprocher, sinon d’avoir voulu aimer. Se révéler immoral et amoral, peut aussi s’avérer vertueux. Déconcertant, philosophique, malin, au sens propre comme au figuré.

Commenter cet article