Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Kévorkian

MEMORIA
MEMORIA

Dans le cadre du mois de la photo à Paris, la Cité nationale de l’immigration, Palais de la Porte Dorée, accueille Roberto Basttistini, et lui offre un espace d’exposition qui sublime son travail. Un travail sur la mémoire, MEMORIA, qui rend hommage aux goumiers et tirailleurs. Qui mêle deux histoires : « mon histoire intime et personnelle, précise l’artiste Corse, celle des combattants qui ont libéré la Corse et de la Corse ». Il s’agit avant tout d’un travail de plasticien sur les émotions à travers la photo : « ma propre histoire dans l’Histoire, une aventure intimiste : la transmission visuelle de la mémoire, depuis les mots prononcés par ma famille». Il détaille : « Si ce résultat est l’aboutissement de 4 ans de production, je porte ces histoires en moi depuis longtemps et ces photos forment une mosaïque de différentes histoires qui s’entremêlent, jusqu’à cette maturité qui m’a permis de m’exprimer sur l’île où je suis né, et d’offrir un partage des sensations que j’y ai reçues en héritage ».

Benjamin Stora, président du Conseil d’orientation de la Cité nationale de l’immigration, accueille l’exposition non sans fierté : « le travail sur la mémoire est une composante essentielle de l’histoire, au cœur d’une année 2014 de commémorations. Les travailleurs coloniaux ont participé à la libération de la France et de la Corse et il est de notre rôle de présenter cette mémoire vivante, d’inviter les jeunes générations à réfléchir à ce que cela signifie ». Cette exposition présente la libération de la Corse le 9 septembre 1943, par les goumiers et tirailleurs, et revient sur la « participation oubliée de ces hommes, revenus sur le devant de la scène à travers le cinéma et le film Indigènes (…), cette exposition remet en lumière le rôle et l’action de ces hommes et leur offre la reconnaissance qui leur est due, d’autant plus symbolique dans une période actuelle de rejet de l’autre » (…), elle revient sur la libération de la France pour ces hommes d’outre-mer à travers ces photos actuelles montrant des hommes debouts pour l’histoire ».

Paul Giacobbi, Député de Haute-Corse, Président du Conseil exécutif de Corse a poursuivi : « la meilleure manière de présenter la Corse libérée est artistique, y compris jusqu’ici sur le continent, Paris, dans le cadre de ce mois de la photo » (…), « la Corse a été le premier département de France libérée, le 9 septembre 1943, en partie grâce à elle-même, comme ses photographies en témoignent, et grâce à ses soldats goumiers sortis de l’Atlas marocain, qui avaient le sens du devoir. Cette exposition a sa place dans ce lieu, et nous sommes fiers d’y être accueillis ».

Enfin, Gilles Siméoni, maire de Bastia, a conclu : « Cette exposition … pour aller au-delà du miroir : elle constitue un de voir de gratitude et de mémoire, au service de la liberté ; elle permet de mettre des visages, des noms, des regards sur la mémoire, pour agir en homme libre » (…), « l’île Corse a contribué à écrire les pages parmi les plus glorieuses de l’histoire de l’humanité ».

Ce condensé d’humanité est exposé jusqu’au 30 novembre à la Cité nationale de l’immigration.

MEMORIA, Roberto Battistini

« Ils sont venus de l’autre rive de la Méditerranée. Goumiers et tirailleurs pendant la seconde guerre mondiale, ils ont donné leur sang pour libérer l’Europe de la barbarie nazie. Beaucoup de leurs camarades sont morts sur les champs de bataille, en Corse, en Tunisie, à l’île d’Elbe, en Italie, en France, en Allemagne. »

Commenter cet article