Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Kévorkian

La Collégiale de Gerberoy (XVè s)
La Collégiale de Gerberoy (XVè s)

Les miscellanées de Gerberoy. Une 7ème édition hors du commun, de ce festival musical organisé dans l’un des 150 plus beaux villages de France, classé 16ème à partir de critères patrimoniaux, historiques, culturels… Un rendez-vous annuel attendu depuis Ramatuelle, Lille, Quimper… Paris, Londres, l’Ecosse ! par des amateurs de musique, ou même néophytes, qui se laissent séduire par le charme Victorien du village, le tea-time au parfum de roses, les délicieux jardins Le Sidaner, les chambres d’hôtes raffinées et cosys du Logis, et bien sûr une musique chaque année plus raffinée et éclectique.

Cette année résonnait en tonalités jazz et au rythme d’improvisations, avec les trios Jazz Roots et Casadesus-Enhco.

Trois amis réunis le matin dans les jardins poétiques de la Maison Robine : Philippe Petit, à l’orgue, Hervé Meschinet au saxophone et à la flûte, Eric Dervieu à la batterie, composent le Jazz Roots Trio. Ils se connaissent depuis … ouf ! au moins 25 ans ! La pierre angulaire de leur trio est l’orgue Hammond, dont l’alliance avec la flûte est rare dans le milieu du jazz (excepté dans les Big Band). Les petites formations s’organisent autour d’un sax et d’une flûte, outre la batterie. Complices, un coup d’œil leur suffit pour un solo de flûte inattendu, l’un des instruments les plus difficiles qui implique une technique de respiration éprouvée, pour que l’air traverse la flûte et produise des sons maîtrisés et chantants. Succède la mise en lumière de l’orgue, et de la batterie. Explosif. « Summertime », « Les feuilles mortes », des compositions. Le public est conquis.

L’après-midi : Caroline Cassadesus, soprano lumineuse et irrésistible, accompagnée de ses fils Thomas, 24 ans, pianiste et David, 28 ans, trompettiste. Formation inclassable, familiale et musicale, qui s’articule autour de la pratique de l’improvisation. Les Enhco-Brothers ont été formés à bonne école : celle de leur beau-père, Didier Lockwood, ex-mari de Caroline. Le célèbre violoniste a complété leur culture musicale classique. Forts de cette double approche, ils révèlent une agilité musicale et une aisance scénique qui leur permet toutes les audaces, et dans leur sillon leur mère relève le défi. Un air d’opéra est transposé, un standard romantique ou baroque réinterprété, pour davantage d’ampleur, de relief, d’intensité. Leur approche est indéfinissable : ni Opéra tragique, ni comique, ni musique académique. Cela paraît naître sur scène, en osmose avec un public réceptif et avide. En réalité, les adaptations du trio sont éprouvées par de sérieuses heures de répétition. Là encore, un geste suffit, anodin, imperceptible depuis la salle. Une mèche de cheveux qui vole, un battement de cil. Un détail révélateur de la plus diabolique mécanique de travail.

A l’issue du concert qui laisse le public ébloui, en communion artistique et spirituelle dans cette Collégiale du XVème siècle, lieu qui va bientôt adhérer au réseau La Belle Saison - Concert Halls Caroline et ses fils se laissent interviewer pour France 2, qui réalise un portrait de la famille pour l’émission de Laurent Delahousse (13h15, le samedi), diffusée ce mois d'octobre. Un prénom est prononcé d’emblée : Gisèle, et le fil se déroule. Mamée, le socle de cette famille. L’arrière-grand-mère des frères Enhco, grand-mère de Caroline, mère de Jean-Christophe, chef d’orchestre… Comédienne, qui vient de célébrer ses 100 ans, plus jeune et fraîche que jamais. Le premier souvenir de Caroline se situe au théâtre, lorsque sa grand-mère l’emmenait découvrir la pièce « Caroline a disparu ». Une espièglerie qui l’a marquée à vie et qui a façonné son destin. Elle sera artiste. Cependant, « vilain petit canard de la famille », elle n’apprend le chant qu’à l’âge de 27 ans. Dans une famille d’artiste, c’est tard, presque un acte séditieux. Devenue maman, elle mettra un point d’honneur à initier ses enfants à la pratique d’un art. Très vite Thomas bifurque vers le piano, et David opte pour la trompette. La famille Casadesus se cimente autour d’un œcuménisme artistique et religieux (Mamée, juive protestante pratiquante, et Lucien -Papé, son époux catholique, aujourd’hui décédé, tous deux artistes).

Le trio Casadesus-Enhco signifie la rencontre de l’art lyrique, du classique et du jazz. Point d’orgue ? l’improvisation. Caroline est tout sauf une Diva. Elle puise sa modestie et son sourire éclatant des leçons d’une grand-mère « coquine » et discrète à la fois, bien plus taquine que le visage tout en maîtrise qu’elle renvoie à son public.

Casadesus. Un héritage métissé, comme le jazz, de simplicité, de travail, de curiosité, de générosité. Un nom qu’il s’agit d’honorer. Qui implique dignité, respect et personne ne choisit la facilité dans la famille : chacun cherche sa place, un chemin inexploré, si possible dans le domaine artistique. « Pour autant, certains de nos cousins cousines exercent des professions éloignées de la scène, et sont très épanouis ». Pour les Enhco-Brothers, aucun doute : « On se lave les dents depuis tout petit comme on joue de la musique ! », pour transmettre, être en osmose avec leur public, et entre eux. De fait, leurs regards sont éloquents, les notes du piano font écho à celles de la trompette, et soulignent la voix cristalline de leur mère. Le tout constitue la preuve d’une connivence, d’un éclat de famille inouï. Un sacré trio, une famille flamboyante.

www.gerberoy.info

www.lesjardinshenrilesidaner.com

www.france2.fr

www.philippe-petit.com

www.davidenhco.com

www.thomasenhco.com

www.carolinecasadesus.com

www.la-belle-saison.com

http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/13h15/13h15-du-dimanche-1-fevrier-2015_806569.html : retrouvez le reportage diffusé sur France 2

De G à D : Thomas Enhco, au piano, Caroline Casadesus et David Enhco, à la trompette, dans la Collégiale de Gerberoy

De G à D : Thomas Enhco, au piano, Caroline Casadesus et David Enhco, à la trompette, dans la Collégiale de Gerberoy

Jazz Roots Trio, dans les jardins de la Maison Robine, Gerberoy

Jazz Roots Trio, dans les jardins de la Maison Robine, Gerberoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article