Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Isabelle Kévorkian

Communication : Langage et Projets Conseils

N’acronymez pas ! « LPC » revendique sa marque « Langage et Projets Conseils », et un positionnement sans équivoque : une agence de relations presse, que son fondateur, Laurent Payet dirige depuis 2006, après avoir débuté sa carrière dans la communication, avant de devenir conseiller de Jean-Pierre Chevènement puis de Jean-Vincent Placé. A la manière de Charlie, Laurent Payet s’est entouré non pas de 3, mais de 6 Drôles de Dames. Attachées de presse jeunes et souriantes, pétries de bon sens et d’agilité, opérationnelles, naturellement dotées d’une « expression de la pensée et de communication » (comme si elles avaient rédigé elles-mêmes la définition du Robert à la lettre L comme « Langage »). Gage de bonne réputation, elles l’ont compris. La plupart débutent pourtant leur carrière. Horaires aléatoires, esprit d’équipe, souplesse et culture générale requises pour se rendre crédibles et indispensables auprès de leurs clients, et pas des moindres ! Lorsque je pénètre dans leurs locaux, le livre de Valentin Spitz « Montebourg, Moi président… » (L’Archipel) est arrivé. Le fameux, dont on lit qu’il aurait de toute manière mis fin aux fonctions qu’exerçait le ministre au sein du gouvernement. Ma curiosité s’aiguise. J’avise aussi le dossier de presse des Correspondances de Manosque-La Poste, l’affiche de l’exposition installée dans le hall de l’Hôtel de Ville du 10ème arrondissement, l’un des plus touchés par la Grande guerre du fait de sa proximité avec les gares du Nord et de l’Est : « Le 10è dans la guerre, cent ans après ». Je découvre aussi l’ouvrage « Construire une marque leader » écrit par Yves Goblet (éditions EMS), et en tant que communicante je me sens interpellée. Plus loin, il reste le truculent " Bacalhau! " de Larbi Naceri (Don Quichotte).

Une agence sur tous les fronts du Langage et des Projets, spécialisée dans les domaines institutionnel, culturel et politique. L’équipe accompagne les hommes politiques, institutions, les maisons d’éditions et leurs auteurs. L’une des seules agences dans la sphère littéraire, d’ailleurs. Ce métier, attaché de presse, se justifie-t-il encore à l’heure du numérique ? Ces drôles de dames, appréhendent-elles de la même manière journalistes de PQR, PQN, spécialisés, et bloggers, dont faire l’économie semble difficile, même si rien ne labellise leur travail, a priori ? La carte de presse n’est plus un sésame, ni un gage de respect de la déontologie journalistique. Dans ce contexte, comment faire le tri pour une couverture médiatique satisfaisante, au service des commanditaires de l’agence ?

Il se trouve qu’en tant que bloggeuse, il m’arrive de couvrir l’actualité que l’agence défend. Au fil des événements, des regards s’échangent, des liens se tissent, mes chroniques sont partagées sur les réseaux sociaux, et soudain me voilà invitée à tel vernissage, recevant tel ouvrage et son communiqué de presse, un appel de l’une des attachées de presse me proposant de découvrir tel auteur, avec de solides arguments parfaitement raccords avec mon état d’esprit, ma personnalité, ma ligne éditoriale. Audrey Daragon, 24 ans, qui a intégré l’agence après ses études, et Laurent Payet ont bien voulu discuté avec moi autour de ces problématiques, à bâtons rompus.

« Nous ne nous adressons pas de manière différente à un blogger ou à un journaliste, qu’il soit de la presse spécialisée, nationale ou régionale. Les bloggers font désormais partie du paysage médiatique, et nous sommes en veille pour appréhender les contenus des blogs et micro-bloggings, qui convergent avec notre actualité », expliquent-ils d’une même voix. « Ce qui a changé, en revanche, c’est que nous ciblons de manière plus pointue le journaliste ou le blogger, les affinités qu’il pourra entretenir avec telle personnalité, telle forme d’écriture, tel thème d’exposition. Ce ciblage affûté permet une visibilité médiatique cohérente ».

Quel est le secret pour aboutir à ce résultat ? « La confiance : cela prend du temps, et pour une relation sincère et sans langue de bois, il est nécessaire d’être d’abord à l’écoute de nos clients et des journalistes ou bloggers, de cerner les compatibilités, de tenir parole lorsque l’on s’engage pour une exclusivité, une interview en avant-première ».

Le Communiqué de presse, ringard ? « Un outil qui demeure nécessaire aujourd’hui, même si les relations presse ont évolué. A présent notre rôle est d’implanter une image, de créer une carrière dans le cas d’un auteur romanesque qui implique une relation interpersonnelle avec les journalistes, ou d’adapter le discours à l’information dans le cas d’un essai, qui aura une durée de vie plus courte ».

Beaucoup de paramètres à considérer ? « Le plus important est la relation de proximité que l’on bâtit avec nos clients, considérer chaque projet avec humanité : on s’investit au service d’êtres humains, derrière chaque livre, chaque expo, il y a une identité physique. Le deuxième critère de réussite est le temps passé avec nos clients, et avec les médias : notion élastique dans ce métier ».

Les femmes au sein de l'agence, un parti-pris ? « Il se trouve, par expérience, que les femmes ont une sensibilité et une curiosité plus aiguisées, un sens de l’écoute et de l’observation acéré, elles se demandent toujours Pourquoi et Comment avant d’agir, elles osent poser des questions parfois naïves, elles sont davantage tournées vers l’action, le terrain, et surtout elles sont très organisées, structurées ! ».

Ce métier s’apprend-il de manière académique ? « Pour ma part, révèle Audrey, j’ai suivi des études de communication à la Sorbonne après un bac littéraire, théoriques. Mais c’est l’agence qui m’a formée : devoir fidéliser mes clients, entretenir une relation étroite avec les journalistes, les bloggers, apprendre à les connaître individuellement, ne pas craindre d’assurer une logistique dès 6h du matin, être en mesure de discuter et être persuasive dans n’importe quel domaine, politique, littérature, sport, franc-maçonnerie, cela implique une veille permanente, être capable de conseiller un coaching média à une forte personnalité par exemple, susceptible d’être invitée en radio ou à la télévision, pour canaliser son propos, le circonscrire à son domaine précis, que l’on défend… ». L’agence est équipée pour former au média-training ou gérer les communications de crise.

Travailler en open space, comme c’est le cas, opportunité ? « Cela permet un partage des informations, de la réactivité, une vraie mutualisation, chacune d’entre nous est capable d’assurer et prendre le relais de l’autre, il n’y a aucune rivalité ».

Comment gère-t-on un client comme le Grand Orient De France ? « Comme n’importe quel autre client, avec la même discrétion et le même professionnalisme ».

Attachée de presse implique aussi une démarche commerciale pour trouver des clients ? « Oui et non, les clients nous connaissent par le bouche-à-oreille, par nos résultats et les couvertures médiatiques concrètes que l’on obtient, via internet… ».

Internet, le numérique, les réseaux sociaux : votre agence ne semble pas en pointe, avec un blog en construction par exemple ? « Nous voulons mettre en ligne un blog interactif avec nos cibles, qui proposerait des interviews d’auteurs par exemple, il est en cours de finalisation, et l’ensemble de l’équipe se forme aux réseaux sociaux pour relayer en temps réel, puisque cela fait partie du traitement médiatique. Néanmoins, force est de constater que cela est chronophage, et nous réfléchissons à la meilleure organisation possible pour affirmer notre marque en ligne ». Travailler avec des attachées de presse indépendantes ne serait-il pas plus souple ? « Nous avons besoin d’une équipe reconnue par des clients et les médias, disponible et présente, solide sur laquelle il est nécessaire de pouvoir compter ; Avec des indépendants, et dans le domaine de l’édition nous travaillons de manière conjointe avec les attachés de presse dédiés, lorsqu’ils existent, et cela s’appréhende sur la durée. Il est plus facile de construire des relations presse pérennes avec une équipe solidaire, soudée et identifiée, au service d’une marque, Langage et Projets Conseils ».

www.lp-conseils.com

Communication : Langage et Projets Conseils

Commenter cet article

Maramata SYLLA 13/09/2014 00:58

Le blog d'Isabelle Kévorkian, ainsi que les discussions assortie de liens sont riches d'enseignements pour les professionnels de la communication.