Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par isabelle kévorkian

Cinéma. "Avant l'Hiver", drame de Philippe Claudel (1h42).

Avec Kristin Scott Thomas et Daniel Auteuil, Leïla Bekhti, Jean-Claude Berry…

On y va pour les acteurs. Impeccables. On y va pour une ambiance froide. Glaciale, qui promet un hiver rugueux. On y va parce que les yeux de Kristin Scott Thomas, qui fixent un horizon instable, sur l’affiche, sont sublimes. On n’y va pas pour l’histoire, alambiquée. Invraisemblable. Improbable. Pas crédible. On n’y va pas pour le scénario, inexistant. On n’y va pas pour un suspense qui s’étiiiiire : And so what ?

Quitte à y aller malgré tout, voilà une raison implacable : cesser de passer à côté de sa vie, d’être désincarné. Cesser d’oublier de regarder son entourage, ou de se croire la pierre angulaire d'une famille parce qu'on a l'argent, la réussite et le pouvoir. Cesser de se complaire dans la facilité et le luxe d’une vie bien rangée. Cesser d’être égoïste, égotiste, égocentré. Risquer, oser, bousculer ses repères. Et, dire la vérité. Parce qu’il y aura toujours quelqu’un, un jour, un endroit, qui fera remonter les secrets enfouis, l’indicible. Une personne anonyme, un lieu banal, pour faire basculer une vie qui n’est pas irréprochable en dépit des apparences.

Commenter cet article