Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par isabelle kévorkian

Association Arménienne Chêne France : braderie de Noël, collège Samuel Moorat à Sèvres

Ce week-end, l’association Arménienne Chêne France organisait sa traditionnelle braderie de Noël. Artisanat, épicerie, écrivains, artistes Arméniens étaient au rendez-vous.

L’association, qui s’engage en faveur des Arméniens, se rend en Arménie à la découverte d’artistes qui travaillent les matériaux bruts et transmettent des légendes et traditions ancestrales, au travers de bijoux, tissus brodés, vases, décorations… Les symboles reflètent leur histoire, et protègent. Véritables talismans, ils sont partout. Dans les nombres : 7 et 9 figurent la famille et sont présents sur l’arbre de vie, ou sur le ventre de cette femme, mère bienveillante entourant sa famille (photo). Dans les pierres précieuses : l’Obsidienne, le Grenat (escarboucle ou gemme rouge). Dans les fruits : le raison et la grenade, l'un des emblèmes de l’Arménie. Dans les animaux, en particulier les autruches et les oiseaux, dont les visages sont parfois humains et couronnés. Dans les dessins et peintures religieuses, enfin, et la vierge est toujours effacée, en retrait pour mieux s’imposer.

Le collège Samuel Moorat, installé en 1928 dans les locaux de la croix-verte Française à Sèvres (rue Troyon), porte le nom de ses mécènes : Samuel Moorat, bienfaiteur de Venise (1769-1816) et l’Abbé Mékhitar (1676-1749). Ce fût la bâtisse du Baron Bâcler d'Albe. Jusqu'en 1990, les pères mékitharistes enseignent la philosophie, l'histoire et la littérature. L'école continue d’enseigner pour les Arméniens. Les fils de Charles Aznavour et Henri Verneuil y ont effectué leur scolarité, comme Patrick Devedjian.

« La devise des Mekhitaristes est la culture pour la culture », revendique Arminée Kevorkian, une enseignante. L'enseignement est sérieux, mais il se veut aussi ludique et une place significative est accordée aux arts. Arminée Kévorkian évoque le désir de « ne pas enfermer les jeunes dans le passé. Nous essayons de transmettre tout ce qui a trait à l'Arménie, pas seulement le génocide. L'Arménie, c'est plein d'autres choses ».

La Braderie organisée par Chêne France ce week-end l’a prouvé.

www.chenefrance.fr

Commenter cet article