Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par isabelle kévorkian

Alice au pays des Merveilles, un conte musical de Florent Nagel sur des textes de Lewis Caroll

Alice, le monde entier la connaît, depuis des siècles. Cette gamine qui franchit le miroir et vit des aventures fantastiques, rencontre des personnages extraordinaires. L’artiste contemporain, pianiste et compositeur Florent Nagel, qui écoutait, blotti en position fœtale les accords de la guitare lorsque sa mère était enceinte, s’est approprié ce texte inventif et malicieux, et l’a transcrit en un conte musical pour piano à 4 mains, et comédien. Il ne dévoile pas ses partis-pris quant au choix des passages de l’histoire, ni ses sources d’inspiration. Chut : secret. Alice s’est emparée de l’artiste et les liens qui les unissent resteront un mystère. Alice rencontre une armée de cartes ou un Dodo ? Alice grandit ou rapetisse selon le côté du champignon magique qu’elle goûte ? Alice discute avec un lièvre ? Alice se noie dans ses propres larmes ? Alice, personnage de fable ou archétype de l’Enfant, l’enfant universel ?

La musique de Florent Nagel existe pour que l’enfant qui subsiste en chacun d’entre nous se réveille et s’illumine. Que la curiosité, l’ingéniosité, l’émerveillement nous accaparent, au son de mélodies tristes et nostalgiques, classiques aux élans romantiques, modernes et décalées, parfois conceptuelles. Folles et endiablées, comme le conte. Les pianistes jouent même avec l’instrument : le piano se transforme à son tour. Comme si Alice, avait ce pouvoir d’emporter tout, et chacun de nous, dans son univers singulier. Se laisser envahir ? Fermer les yeux, laisser Alice nous prendre par la main, lui accorder notre confiance. Le comédien Yves Penay, est si juste et incarné qu’il nous piège : nous avons l’impression de lire le roman. Il cède la place au texte, généreux. La musique souligne si bien les émotions, sensations et le vécu d’Alice qu’elle nous emporte. Loin. Au plus profond de notre être. Il y a osmose, échange. Comme ces entrelacements de mains qui filent sur les touches, parfaitement coordonnés. Après cet ensorcellement, nous renaissons à nous-même, à l’instar d’Alice, plus sensibles et réconfortés. Ce conte musical est comme une révélation, avec quelques notes qui rappellent la Fantaisie sur un ostinato de Corigliano, créée à partir de l’Allegretto de Symphonie n°7 de Beethoven. C’est une chaîne : Beethoven passionne, Caroll ensorcelle, Corigliano fascine, Nagel réconcilie et au bout, il y a l’Enfant, rempli d’énergie, de charme, de tendresse.

Avec Joanna MARTEEL et Florent NAGEL, piano. Et, en alternance, les comédiens Yves Penay, Patrick Courteix, Nicolas Gaudart.

Samedi, 19h et dimanche, 17h, à Comédie Nation, Paris, 11ème jusqu’au 22 décembre. Réservations : 09 52 44 06 57 ou reservation@comedienation.com

Bande annonce : http://www.youtube.com/watch?v=Y9j07bjA_Ug

Site internet : http://alicecontemusical.wix.com/alicecontemusical

Facebook : https://www.facebook.com/alicecontemusical?ref=stream

Commenter cet article